Lancement de la campagne afin de promouvoir les paiements électroniques

17/09/2012

Vous l’avez peut-être déjà remarqué : dans les supermarchés, les magasins et les selfbanques, entre autres, depuis le début de ce mois, des affiches arborent le message « Payer ? Par carte évidemment ». C’est en effet le slogan de la campagne qui a débuté ce mois et vise à stimuler les paiements électroniques en Belgique. Cette campagne, supportée par Comeos, Unizo, UCM et Febelfin, respectivement la Fédération du commerce et des services en Belgique, de Unie van Zelfstandige Ondernemers, l’Union des Classes Moyennes et la Fédération belge du secteur financier, se déroulera tout au long de ce mois de septembre.

Cette campagne, qui sera réitérée en décembre, s’inscrit dans le cadre de la concertation engagée dans le passé par le secteur du commerce et le secteur financier en vue de stimuler davantage les paiements électroniques en Belgique. Toutes les parties qui composent la chaîne des paiements continueront à collaborer intensivement et à fournir les efforts nécessaires pour que consommateurs et commerçants continuent de bénéficier de paiements électroniques sûrs, rapides, conviviaux et abordables. Une concertation active s’engagera à ce sujet dans les prochains mois. Les autorités ont elles aussi leur rôle à jouer en mettant en place des mesures encourageant les paiements électroniques en Belgique, par exemple au travers d’incitants fiscaux.

Le Belge effectue annuellement en moyenne 63 paiements par carte de débit. Les habitants du Royaume-Uni, des Pays-Bas, de la France et de la Suède en effectuent nettement plus, soit respectivement 78, 90, 104 et 169 paiements effectués en moyenne par an par carte de débit [1]. Ceci démontre qu’en dépit de la croissance des paiements par carte d’année en année [2], il reste toujours des commerçants et des consommateurs en Belgique qui ne sont pas ou pas assez familiarisés avec ce mode de paiement. Et c’est à ce niveau que la campagne de sensibilisation entend agir.

 

Avantages des paiements par carte

Au travers de cette campagne, Comeos, Unizo, l’UCM et Febefin entendent attirer l’attention des commerçants et des consommateurs sur la possibilité de payer par carte et sur les nombreux avantages de ce mode de paiement. Ainsi, non seulement les paiements par carte constituent-ils une manière simple et rapide de payer. Mais ils sont également plus sûrs et conviviaux puisqu’il faut détenir moins d’espèces en caisse ou en poche, ce qui limite les risques de vol, de perte ou d’erreurs. En outre, le titulaire de carte est très bien protégé par la loi relative aux services de paiement et a, dans la plupart des cas, la possibilité d’adapter ses limites d’utilisation en fonction de ses besoins.

 

Coût sociétal des espèces

Il est en outre clairement avéré que le coût sociétal global des paiements par carte, en ce compris le coût de la sécurité du citoyen, est sensiblement inférieur aux frais inhérents aux paiements en espèces. D’après une étude européenne [3], la distribution, la gestion, le traitement et le recyclage des espèces, ainsi que leur réception, ont coûté 84,1 milliards à la communauté européenne en 2008, ce qui revient à 0,6% du produit intérieur brut européen, soit 129,5 € par Européen sur une base annuelle.

 

Nécessité d’un cadre qui soutienne la croissance

Toutes les parties concernées reconnaissent qu’il demeure nécessaire d’instaurer un cadre permettant la croissance des paiements par carte et générant des incitants positifs pour tous les protagonistes : les banques, les consommateurs, les commerçants et les autorités.

Les principaux points d’attention demeurent d’une part, la nécessité d’une offre de solutions répondant parfaitement aux besoins spécifiques des divers acteurs et d’autre part le coût des paiements électroniques. Concernant ce dernier aspect, il y a lieu d’éviter que les coûts liés aux espèces et actuellement supportés par la société dans son ensemble ne soient mis à charge de certaines parties en particulier.  

C’est pourquoi, les différentes parties s’engagent à approfondir la concertation constructive initiée précédemment afin de créer un cadre qui rende les paiements électroniques attractifs pour tous les acteurs. Cette concertation a déjà donné des résultats concrets, comme la décision de rendre le schéma BC/MC conforme aux normes SEPA (Single Euro Payments Area).

Ces points d’attention se traduisent également par un appel des initiateurs de cette campagne aux autorités pour qu’elles apportent leur pierre à l’édifice, par exemple au moyen d’incitants fiscaux appropriés.

 

Payer ? Par carte évidemment !

Cette campagne s’articule autour d’un logo et d’un slogan explicites et visibles qui ne font pas référence à un type de carte de paiement spécifique, ni à un montant précis.

 

La campagne ne sera pas seulement organisée en des lieux où l’on peut payer par carte, comme les commerces, les pharmacies, etc. : elle sera aussi menée sur les sites internet de home-banking et aux selfbanques. Elle durera tout le mois de septembre et sera réitérée en décembre.

 

Annexes

Graphique sur le nombre moyen de transactions par carte de débit sur une base annuelle dans différents pays européens (données 2010)

(Source : Calculs Febelfin sur la base de données de la Banque centrale européenne - 2010)
 

 

Graphique sur l’évolution du nombre de transactions par carte de débit, carte de crédit et proton aux terminaux de paiement (en mio) de 2000 à 2011 inclus

(Source  : Febelfin)

 

 

Graphique sur l’évolution du nombre de terminaux de paiement

(POS ou points of sale) de 2006 à 2010 inclus

(Source : Banque centrale européenne – Payment Statistics)

 

Plus d’informations

Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à prendre contact avec :

 

A propos de Comeos

Comeos est le porte-parole du commerce et des services en Belgique. Nos membres sont actifs au sein de dix-huit secteurs et vendent leurs produits et services aux entreprises ou directement aux consommateurs. Ensemble, nos secteurs représentent 11,2 pourcents du PIB et occupent quelque 400 000 personnes, ce qui fait du commerce le plus grand employeur du secteur privé. Comeos fournit des services sur mesure à ses membres et souhaite, en tant que plate-forme de connaissance et de réseautage, soutenir la dynamique du commerce.

 

A propos de Febelfin

Febelfin, la Fédération belge du secteur financier, a été créée le 28 mars 2003. Les cinq associations constitutives sont l’Association belge des banques (créée en 1937) et des sociétés de bourse (ABB), l’Association belge des Asset Managers (BEAMA), l’Union Professionnelle du Crédit (UPC), l’Association belge des membres de la Bourse (ABMB) et l’Association belge de Leasing (ABL), auxquelles s’ajoutent quelques membres associés au statut particulier. Début 2012, Febelfin et ses membres représentent 258 institutions financières en Belgique. Ils procurent ensemble plus de 100 000 emplois directs et plus de 100 000 emplois indirects.

L’union des forces de ces associations au sein d’une fédération les chapeautant est un fait unique dans l’Union européenne. Febelfin constitue le représentant par excellence du monde financier belge tant au plan national qu’international. Febelfin relève le défi de remplir un rôle important en tant que “shared voice” du secteur et conciliateur entre ses membres et différentes parties aux niveaux national et européen : décideurs politiques, autorités de contrôle, fédérations professionnelles et groupes d’intérêts.

La fédération assure le suivi des tendances et évolutions et aide ses membres à adopter les positions adéquates. Avec eux, Febelfin oeuvre, par le biais des communiqués et des prises de position, à défendre les valeurs du secteur : service au client, confiance et transparence, dynamisme et proactivité.

 

À propos de l’UNIZO

L’UNIZO réunit environ 85.000 entrepreneurs, indépendants, PME et professions libérales, en Flandre et à Bruxelles, de l’entreprise individuelle à la PME en croissance, de tous les secteurs. Il est ainsi la plus grande organisation d’entrepreneurs. L’UNIZO défend les intérêts entrepreneuriaux auprès des pouvoirs publics, dans les médias, auprès de l’opnion publique et d’autres partenaires sociaux. L’UNIZO fournit à ses membres un avis, des informations et organise des formations ainsi que du networking.

 

À propos de l’UCM

L'UCM, une force au service des employeurs ! L'UCM assure la défense, la représentation et la promotion des indépendants et des PME francophones, partout où c'est nécessaire. L'UCM défend une société où l'on peut entreprendre et réussir, où le travail est valorisé, où l'entreprise est respectée.

L'UCM est aussi un groupe de services, le plus important en Wallonie et à Bruxelles, qui encadre, assiste et conseille le chef d'entreprise à toutes les étapes de sa vie professionnelle : du démarrage à la transmission en passant par le développement, l'embauche de personnel, la prise en compte du développement durable...

 

 


[1] Calculs de Febelfin sur base des données de la Banque centrale européenne (données de 2010). Voir aussi graphique en annexe, p. 3.

[2] Evolution des paiements électroniques : voir graphique en annexe, p. 3.

[3] The Future of Cash Payments, Retail banking Research, janvier 2010.

 

Plus sur: