Paiements

  • Après les nouvelles attaques au gaz explosif d'hier et d'aujourd'hui, une réunion est intervenue entre Febelfin et les Cabinets des ministres Jan Jambon et Koen Geens, afin d’évaluer les mesures déjà prises. Ces mesures semblant fonctionner, elles seront maintenues.

  • Les banques et Bpost se sont réunies ce jour pour discuter de nouvelles mesures dans la lutte contre les attaques à l’explosif. Différentes mesures ont été examinées : la réduction du cash dans les distributeurs automatiques, le renforcement de la sécurité de ces distributeurs et l’installation de systèmes de détection rapide de tentatives d’attaques à l'explosif.

  • La nuit dernière, une nouvelle attaque a été commise contre un distributeur automatique. L’attaque violente, cette fois commise dans la ville hennuyère de Seneffe, est déjà le cinquième cas en quelques semaines. Pour le secteur financier, mettre un terme à ces attaques est devenu une priorité absolue.

  • La période estivale des festivals approche ! Bonne nouvelle pour les festivaliers qui ont envie de faire la fête sans avoir d’espèces en poche : les paiements électroniques et sans contact ne cessent de gagner du terrain sur les sites des festivals. A pas mal d’endroits, il est ainsi possible de se payer un verre simplement, rapidement et en toute sécurité par carte ou par smartphone. Dans les festivals où les espèces ont été totalement abandonnées, les paiements se font sur site sans contact, grâce à un bracelet de paiement que l’on charge à l’avance.

  • Cette semaine, deux attaques à l’explosif ont eu lieu à des guichets automatiques en Belgique. Les criminels déposent des explosifs au distributeur de billets afin de s’emparer de l'argent qu’il contient. Ce phénomène est resté extrêmement limité ces dernières années. Aucune attaque à l’explosif n’a été recensée en 2015 et 2016. L'année dernière, à deux reprises, des criminels ont visé un distributeur de billets sans toutefois parvenir à leurs fins. Etant donné que dernièrement plusieurs attaques à l’explosif se sont produites en peu de temps, le secteur financier belge entend réagir rapidement.

  • Le vendredi 30 mars et le lundi 2 avril, les banques belges seront fermées. Les services de paiement électroniques resteront en revanche accessibles. Il sera ainsi toujours possible d’effectuer des opérations de banque en ligne et mobile, de payer par carte et d’effectuer des opérations dans les self-banks. Febelfin conseille aux consommateurs de planifier leurs virements à temps.

  • Ces 10 dernières années, le nombre d’attaques d’agences bancaires a diminué de plus de 90%. Alors que 127 cas étaient encore recensés en 2007, ce nombre n’était plus que de 11 l’année dernière. Le nombre d’attaques à l’explosif, où les auteurs tentent de faire exploser les distributeurs automatiques, se sont limitées à 2 tentatives. Ces chiffres peu élevés sont dus aux importants efforts de sécurisation menés par les institutions financières, mais aussi à une volonté d’évoluer vers une société ayant moins recours aux espèces.

  • Aujourd’hui sera lancée la nouvelle mouture du service interbancaire Bankswitching. Celle-ci permettra aux consommateurs de changer de banque encore plus simplement. En effet, ces derniers ne devront plus communiquer eux-mêmes leur nouveau numéro de compte par ex. à leur employeur ou leur fournisseur d’électricité. C’est la nouvelle banque qui prendra désormais cette démarche en charge, via le service Bankswitching.

  • La période des fêtes est bientôt là ! Les derniers jours de décembre sont traditionnellement caractérisés par un grand nombre de paiements. L'année dernière, le 23 décembre est arrivé en tête du classement du plus grand nombre de paiements par carte : la carte bancaire a été utilisée plus de 8 millions de fois. Mais peut-être préférez-vous opter pour des paiements mobiles ou en ligne. Voici en tout cas quelques conseils grâce auxquels vos paiements s’effectueront sans soucis durant les fêtes ! 

  • Les Belges restent des êtres d’habitude, y compris lorsqu’il s’agit de paiements. Nous payons nos gros achats par carte, certes, mais pour les petits paiements, nous restons prompts à ressortir nos espèces. En dépit des efforts du secteur bancaire belge pour stimuler davantage les paiements électroniques, la disparition des espèces de notre société ne paraît pour l’instant pas concevable. Même si les paiements électroniques sont plus rapides et plus sûrs.

Pages