La Renaissance (15e - 16e siècles)

L’histoire de cette période fut marquée par plusieurs événements importants : la fin de la guerre de Cent ans, l’invention de l’imprimerie, la prise de Byzance par les Turcs, la découverte de l’Amérique, les guerres de religion. Tous ces événements ont certes marqué de leur empreinte l’activité bancaire, mais l’élément le plus notable fut néanmoins l’apparition (réapparition) des banques publiques.

La (ré)apparition des banques publiques

Pour assurer le financement des villes de la Renaissance apparurent des banques publiques émettant des emprunts. Les créanciers regroupés devinrent des déposants : grâce à l’afflux de nouveaux dépôts, ils pouvaient reprendre leurs biens sans devoir attendre le remboursement de l’emprunt à la banque.

Exemples :

  • la première banque publique fut créée en 1401 par la municipalité de Barcelone, la Taula di Canvi (table des changes), pour briser le monopole des banquiers juifs;
  • à Gênes, la Casa di San Giorgio fut créée en 1408.

Les premiers « monts de piété » en Italie

Il s’agissait d’associations de personnes qui, dans un esprit charitable, se groupaient pour prêter aux nécessiteux et lutter contre les usuriers. Les prêts étaient accordés sous la forme de prêts à gage.

Mis sur pied par les moines franciscains dès 1428, les monts de piété connurent un succès rapide en Italie et dans nos pays après 1500.

Expansion des banques privées en Europe

Les banques privées ont cependant continué à se maintenir ou se répandre à travers l’Europe.

Ces banques s’adressaient à la clientèle de négociants et particuliers, mais aussi aux industriels et aux pouvoirs publics, de plus en plus avides de ressources financières.

Parmi les banquiers privés, les Italiens ont conservé une place de choix avec les familles Medici, Strozzi et Chigi; ils ont aussi fait école en France (Jacques Coeur), en Angleterre (Sir Thomas Gresham) et en Allemagne (les Fugger).

Les premières bourses

La suprématie commerciale des pays de la Méditerranée s’est estompée à la fin du 15e siècle. Le développement rapide du commerce en Europe du Nord rendait nécessaire la création d’organismes adaptés à des transactions quotidiennes (et non plus périodiques comme dans les foires), à savoir les bourses, qui ne traitaient pas uniquement les marchandises mais aussi les lettres de change et les actions de société.

La création des bourses affirme la distinction fondamentale entre :

  • les marchés financiers : où vendeurs et acheteurs, prêteurs et emprunteurs venaient à la rencontre les uns des autres faire affaire ensemble;
  • les banques : qui traitaient séparément, sous leur propre responsabilité, avec chacune des parties.

En 1515, Anvers, qui était à cette époque une place commerciale internationale très importante, créa la première bourse, qui servira de modèle, trente-cinq ans plus tard, à Thomas Gresham pour le Royal Exchange de Londres. La menace constante de troubles sociaux, politiques et religieux dans les Pays-Bas espagnols à la fin du 16e siècle entraîna le déclin d’Anvers au profit d’Amsterdam.