Du Marché commun à l’Union Economique et Monétaire (UEM)

Le 8 mai 1945, à la signature de l’armistice de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), l’Europe était un champ de ruines. La crainte qu’un tel drame ne se reproduise inspira aux hommes politiques l’idée de créer une union entre Etats européens. Ils y furent encouragés par les Etats-Unis qui mirent en place un plan d’action ambitieux (le Plan Marshall) mais exigèrent que les pays européens coordonnent leur action.

1950 : la déclaration Schuman

Le 9 mai 1950, cinq ans après la guerre, le ministre français des Affaires étrangères, Robert Schuman, proposa la mise en commun de la production du charbon et de l’acier de la France et de l’Allemagne. Cette production serait supervisée par une haute autorité supranationale. C’est en souvenir de ce jour que le 9 mai est devenu officiellement la journée de l’Europe. Les pays du Benelux et l’Italie se sont ralliés à cette proposition. En signant le Traité fondateur de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), le 18 avril 1951, ces six pays formeront l’Europe des Six.

1957 : les Traités de Rome

Les six pays de la « Petite Europe » signèrent le 25 mars 1957 les deux traités de Rome, créant :

  • l’Euratom pour la mise en commun de la production atomique;
  • le Marché commun (Communauté économique européenne, CEE) pour la libre concurrence des produits de tous les secteurs de l’économie.

1979 : le Système monétaire européen (SME) qui visait essentiellement à :

  • assurer la stabilité des cours de change entre les monnaies (par l’intervention des banques centrales);
  • garantir la solidarité des pays membres par l’octroi de crédits.

La principale innovation dans le cadre du SME était la création de l’ECU (European Currency Unit), panier de monnaies européennes dont la composition reflétait la part de chaque pays membre dans la production et les échanges de biens et de services au sein de la Communauté.

1986 : l’Acte unique

En février 1986, les Etats membres de la CEE signèrent un nouveau traité, appelé Acte unique, qui ouvrait la voie vers une union économique et monétaire.

1989 : le Rapport Delors

Le rapport Delors préconisait une Union économique et monétaire européenne à réaliser en trois phases :

  • Phase I – 1990-1993 : consolidation du marché unique et préparation du Traité de Maastricht
  • Phase II – 1994-1998 : fondation de l’Institut monétaire européen, convergence des économies et coopération accrue sur le plan monétaire
  • Phase III – 1999-2002 : introduction d’une monnaie unique européenne.

1992 : Le Traité de Maastricht

Ce Traité prévoyait entre autres que les monnaies nationales seraient remplacées par une monnaie unique pour les Etats membres qui prouveraient leur bonne santé économique et financière. Pour mesurer cet état de santé, des critères de convergence avaient été définis.

1998 : Conseil européen de Bruxelles  

  • Les pays de la zone euro sont fixés : Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, France, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal (la Grèce, Chypre, l’Estonie, Malte, la Slovénie et la Slovaquie s’y ajouteront plus tard).
  • Création de la Banque centrale européenne (BCE).
  • 31 décembre 1998 : annonce des cours de conversion.

1er janvier 1999 : troisième phase de l’Union économique et monétaire

Depuis le 1er janvier 1999,

  • l’euro est devenu la monnaie unique européenne; les monnaies nationales des pays de la Zone euro ne sont plus que des subdivisions de l’euro, et la monnaie unique européenne a fait son apparition à travers la circulation monétaire scripturale;
  • l’Eurosystème, sous la direction du Conseil des gouverneurs de la BCE, conduit la politique monétaire commune de la zone euro, en vue de maintenir la stabilité des prix.

2002 : Mise en circulation des billets et pièces en euros et retrait des monnaies nationales